La Société financière internationale (IFC) envisage d’accorder 100 millions d’euros au Groupe OCP, destinés à co-financer la réalisation de quatre centrales solaires, d’une capacité installée cumulée de 202 MW, sur ses sites miniers de Khouribga et de de Benguerir, afin d’alimenter en énergie renouvelable ses outils industriels dans différentes régions.

Le coût global de ce projet de 4 centrales solaires s’élève à 159,2 millions d’euros, selon Finance-inclusive.ma qui rapporte l’information.

Le besoin en électricité du groupe OCP augmente de plus en plus  en raison de la hausse de la demande d’engrais à l’échelle mondiale et la croissance correspondante des capacités industrielles

Le groupe OCP vise ainsi l’accroissement des capacités de production d’engrais tout en s’engageant à atteindre la neutralité carbone avant 2040, en accélérant ses investissements dans les énergies renouvelables. Dans ce cadre, le groupe compte déployer un ambitieux programme solaire en construisant des centrales dans les sites miniers de Benguérir et Khouribga. Ce programme, qui permettra de réduire l’empreinte carbone et la facture énergétique est décliné en deux phases. La première vise une capacité d’environ 202 mégawatts (MW) sans stockage, détaille finance-inclusive.ma.

En investissant dans le solaire et l’éolien, le groupe OCP projette d’alimenter l’ensemble de son outil industriel en énergie verte d’ici 2027.

Déjà, OCP s’est procuré 87 % de son électricité à partir de sources propres en 2021 (cogénération – 76 % ; et éolienne – 11%), tandis que 13% étaient alimentés par l’ONEE via le réseau national.

A noter que le géant industriel marocain a lancé en 2022,  OCP Green Energy, une filiale dédiée à l’énergie verte.

En décembre dernier, le Groupe OCP a lancé son nouveau programme d’investissement pour la période 2023-2027 portant sur un montant de l’ordre de 130 milliards de dirhams. Il vise l’accroissement des capacités de production d’engrais tout en s’engageant à atteindre la neutralité carbone avant 2040, en faisant levier sur le gisement unique d’énergies renouvelables ainsi que sur les avancées du Royaume dans ce domaine sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Ce programme d’investissement vise une augmentation des capacités de production afin de passer de 12 millions de tonnes d’engrais actuellement à 20 millions de tonnes en 2027. Il prévoit notamment une extension des capacités minières via l’ouverture d’une nouvelle mine à Meskala ainsi que l’installation d’un nouveau complexe chimique et minier à Mzinda. Ce dernier traitera la roche en provenance des mines de Benguerir et de Youssoufia ainsi que de la nouvelle mine de Meskala. Il prévoit la réalisation d’un taux d’intégration locale de 70%, l’accompagnement de 600 entreprises industrielles marocaines et la création de 25 000 emplois directs et indirects.

Article précédentUE: Vers des règles plus strictes pour les exportations de déchets
Article suivantLe changement climatique et la mauvaise gouvernance aggravent la crise foncière dans la région MENA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici